Mesurer ses progrès en couture 1/2

8 commentaires
Hello,

En cette fin d'année, c'est l'heure des bilans...
Vous l'avez sans doute remarqué, je suis une couturière débutante, et surtout auto-didacte. Je n'ai jamais pris de cours, et mis à part pour l'enfilage du fil sur la machine, personne ne m'a jamais aidée. J'ai bien une tante qui aurait pu me donner un petit coup de main, mais finalement, l'occasion ne s'est pas présentée. Du coup, j'apprends surtout de mes erreurs!
D'où le fait aussi que je couse souvent chaque patron par série de 2, comme vous n'avez pas manqué de noter ces derniers mois! Et si je ne réalise officiellement jamais de toile, finalement en pratique, il y a bien souvent une version d'essai et une version plus aboutie. Même si au bout du compte ce n'est pas toujours la deuxième version que je préfère (c'est le cas pour mes Xéréas, dont je préfère largement la première par exemple).


Cependant, j'ai eu dernièrement l'opportunité de me rendre compte de mes progrès sur le long terme... Allez, je vous raconte tout!



Au printemps dernier, j'avais acheté deux patrons mlm de Marisa: le sweat Le Confortable, et la blouse L'Indécise. Mon Confortable a été cousu immédiatement, et a été cousu à nouveau plusieurs fois, pour moi et pour mon entourage, mais je ne les ai pas blogués- vous pouvez en apercevoir un ici.
Par contre l'Indécise a eu un destin plus... indécis. J'avais trouvé un tissu chez Mondial Tissus qui me plaisait beaucoup, une viscose fleurie très légère (et très très froissable). Qui s'est avérée tellement filante que j'ai acheté une bombe à amidonner juste pour elle, car rien que la couper a été une épreuve. Le projet avait donc bien démarré, et puis... je ne sais pas pourquoi, il est passé aux oubliettes. Un autre patron a dû prendre le dessus, et celui-ci s'est retrouvé reporté aux calendes grecques! Je pense que la patte de boutonnage et le col me faisaient aussi un peu peur.


J'ai décidé de le reprendre cet automne, car je trouvais vraiment dommage d'abandonner ce joli tissu et ce chouette modèle. Je ne me rappelais pas du tout de ce que j'avais fait, donc je l'ai repris tel qu'il était, en l'état.

Première erreur constatée, j'avais reporté les pièces du patron sur l'endroit du tissu, au feutre! Alors que c'est un patron avec les marges de couture non comprises! Meilleur moyen d'avoir un bon gros trait bleu sur mon beau tissu à l'encolure, aux épaules... etc J'avoue que je me suis vraiment traitée d'abrutie. Il a fallu être hyper attentive et veiller à ce que ces marques disgracieuses soient prises dans les coutures. D'ailleurs je ne suis pas sûre d'avoir réussi à 100%.
Deuxième erreur, les tissus unis contrastants que j'avais choisis pour faire le col, la patte de boutonnage et les poignet, étaient dans un sergé bien rigide, d'une épaisseur et d'un poids très différents de ma viscose toute fine et fluide. Grosse incompatibilité. En plus, j'avais aussi tracé sur l'endroit. ET les pièces n'étaient pas toutes dans le même sens des fibres du tissu. De toute évidence, j'avais utilisé des chutes de tissu, et placé mes pièces à la va comme je t'y pousse. FAIL.
J'ai donc choisi un autre tissu, de poids et de consistance plus proches de mon tissu principal, et je me suis lancée.
Je me suis appliquée, et si tout n'est pas parfait (j'ai encore une marge de progression), j'étais assez satisfaite du résultat, et du niveau des finitions.
Couture.
Essayage.
Dépression.
Verdict: très joli, trois fois trop grand. De partout: en long, en large et en travers.
Prise d'un doute affreux envers mon moi d'il y a 6 mois, j'ai ressorti les planches du patron afin de vérifier quelle taille j'avais recopiée (je ne l'avais bien sûr pas noté sur mes pièces en papier de soie): L de bas en haut.
Non mais quelle erreur! Apparemment, je n'avais pas encore appris à grader entre plusieurs tailles, à l'époque.


Bon.
Breathe in, breathe out, comme dirait Jane.
J'ai fait un tour d'horizon mental des différentes possibilités.


Option 1: TOUT découdre, redessiner TOUTES les pièces, TOUT redécouper, TOUT recommencer. No way.
Option 2: Bidouiller les coutures, pour rétrécir la chose. Résultat approximatif et décevant en perspective.
Option 3: M'amuser avec les ciseaux et mettre le truc en charpie. Tentant.
Option 4: Le mettre de côté et reporter la prise de décision. Meilleur moyen pour que ce machin m'accompagne en l'état jusqu'à la retraite.
Option 5: Think out of the box.


J'ai choisi la dernière option, et ai eu un coup de génie, ou de folie, selon les points de vue, et je me suis emparée de ma paire de ciseaux!



 Allégorie de la folie 1. (Dans un ancien chez-nous.)

 
N'ayez crainte, je ne me suis pas rabattue sur la charpie, non non non.
Puisque l'encolure était réussie, et que mon problème était un problème de taille, j'ai décidé de le transformer en petit top cintré estival sans manche. J'ai posé un petit haut du commerce qui me va bien, et me plaît, sur la blouse, afin de m'en servir d'étalon, et j'ai tracé grossièrement autour. Et snip snip. Ciseaux.
Il était minuit et demi, j'étais exaltée, avec une lueur de folie dans l'oeil. D'ailleurs, c'était la pleine lune, et ensuite je me suis mise à courir en hurlant à la mort. Non. Pas ça.

J'ai quand même eu le réflexe de prendre une photo pour la postérité.



Couture.
Essayage.
 
Verdict: pas mal. Juste un petit problème au niveau des hanches, trop étroites.
Pas de panique, j'ai réactivé la boîte à idées, et succès, j'ai eu l'idée d'arrondir le bas devant et derrière, ce qui dégage de la place pour mes poignées d'amour, et ce top bidouillé gagne encore en originalité.
Vous ne trouvez pas que cela lui donne un petit air de Datura de Deer and Doe?



Je vous présente Jane, (super) cadeau de Chéri-poulet! Du coup, pas de photo portée cette fois-ci, mais promis, c'est exceptionnel ;)


En tous cas, j'ai réussi à transformer cette chose immettable en petit top sympathique, et surtout cette expérience m'a permis de mesurer le chemin parcouru depuis que j'ai enfilé ma première aiguille. Petit à petit, je deviens un peu plus dégourdie!
Maintenant, afin de continuer à progresser, surtout au niveau des finitions, j'envisage sérieusement de prendre le cours en ligne dont Tamia nous parlait récemment.


Enfin, et pour finir, vous vous doutez bien que je ne pouvais pas en rester là avec ce patron, la deuxième version est déjà sortie de mon atelier, a déjà été portée plusieurs fois, et ne demande plus qu'à vous être présentée (certaines ont déjà pu voir la patte de boutonnage sur Instagram).
Je vous dis donc à très bientôt!




Et toi, as tu l'impression de progresser en couture? Qu'est-ce qui te permet de t'en rendre compte?


Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires

  1. Très joli et article bien écrit et amusant comme d 'hab! Maintenant que tu es une vraie pro je peux espérer une jupe ( celles du commerce ne me conviennent pas toujours )?

    RépondreSupprimer
  2. J'adore le fait que tu aies donné un prénom à ton "mannequin" !!! Et qui plus est, Jane !!! :) :)

    RépondreSupprimer
  3. Bien joué pour le sauvetage, ça aurait été bête de gâcher ce joli tissu.
    Personnellement, j'ai du mal à évaluer mes progrès mais je ne doute pas d'en avoir fait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas tellement l'impression d'avoir progressé, jusqu'à ce que je voie toutes les bêtises que j'avais faites avec ce patron et ce tissu ;) ce serait sans doute la même chose pour toi!

      Supprimer
  4. C'est intéressant de voir comment on progresse d'un projet à l'autre ! Même si on ne s'en rend pas vraiment compte... Il y a des vêtements que je n'ose plus mettre, parce que je ne vois que les défauts de réalisation :D
    Tu as eu raison de persévérer parce qu'il aurait été dommage de gâcher ce joli tissu ! La version finale est vraiment très chouette et effectivement elle a un petit air de Datura ;)
    Merci pour la citation ! J'espère que ce cours (ou un autre, hein !) te sera utile...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça! L'hiver dernier, j'ai porté quasiment en continu mes plantains, et ma jupette en lainage gris à pois noirs à ceinture en pointe (châtaigne). J'ai fini par lâcher les planatains dont le tissu commençait à s'user, et j'ai rangé la jupe à la fin de l'hiver. Je suis retombée dessu cet automne: oh my! Les finitions sont d'un beurk sur les plantains! et les coutures non alignées de la jupe me hérissent le poil! A tel point qu'elle n'a eu le droit de sortir de l'armoire que pour un dimanche chez moi :D
      On progresse, on progresse! ;)

      Supprimer