"Ces conneries New Age", pourquoi tant de réticences envers le développement personnel?

12 commentaires



Hello


« C'est quoi ces conneries New Age ? » Voilà une remarque que vous pouvez entendre de prime abord concernant n'importe quel mouvement de développement personnel.

Je vous l'ai dit dans mon dernier article, voilà quelques mois que j'ai amorcé une réflexion sur moi-même, et surtout sur les moyens de m'améliorer. Alors, non, je ne vais pas tout plaquer pour partir en Bolivie, je compte bien rester moi-même, mais j'ai envie de gagner en confiance, en équilibre, en deux mots, en bien-être.
Vous savez, comme lorsque vous allez chez le coiffeur, et que vous demandez « vous en mieux » : pas de passer du brun au blond platine, mais d'ajouter des reflets, quelques mèches pour illuminer tout ça.


Je vais avoir trente ans dans un mois, et si j'ai bien conscience que je ne me lèverai pas ce mardi là en me sentant différente de la veille, cette échéance a malgré tout eu un réel impact sur mon inconscient. Même si je suis bien plus à l'aise dans mes baskets aujourd'hui qu'à mes vingt ans, je me suis rendue compte que j'ai encore plein de petits soucis non réglés. Et si la vingtaine me paraissait la décennie des expérimentations et d'un certain « on verra plus tard », il m'a semblé que la trentaine devrait être celle d'une certaine forme d'équilibre.
Je suis persuadée que c'est le moment idéal pour réfléchir à tout ça : je n'ai pas encore d'enfant, alors autant essayer de gagner en sérénité dès maintenant pour ne pas transmettre mes propres angoisses à mes futurs mini-nous... je ferai déjà bien suffisamment d'erreurs ! De plus, une collègue qui vient d'avoir son deuxième enfant me disait que la première grossesse remuait et faisait remonter beaucoup de choses en surface... Une petite évaluation personnelle ne serait donc pas si mauvaise ?

Je me suis regardée, et ce que j'ai vu ne m'a pas vraiment plu. J'ai eu l'impression de m'être un peu laissée aller, de m'être oubliée quelque part sur le chemin de la routine, et je parle de façon générale, « un esprit sain dans un corps sain ».

Je reviendrai sur ces points dans d'autres articles, mais aujourd'hui j'avais envie d'évoquer avec vous l'idée même du changement.
Si vous traînez un peu sur la blogosphère, vous savez qu'il y a depuis déjà un certain temps une vraie lame de fond, un mouvement pour un retour à une vie plus simple et plus respectueuse des êtres et de l'environnement. Une consommation raisonnée, des produits bios, un retour à une forme de bienveillance pour apprécier les petits bonheurs de la vie, voir le côté positif des choses. Cela ne veut pas dire ne jamais pousser un coup de gueule quand c'est justifié ! Mais essayer de faire changer les choses pour le mieux au lieu de se contenter de râler.




Mais j'ai remarqué que ce mouvement a tendance à en défriser certain(e)s !

Vous ne voyez pas ce que je veux dire ? Je vais vous donner quelques exemples, dans la vie courante et sur le web.

Commençons par le web. J'ai récemment lu sur hellocoton un article (sélectionné en plus...) d'une blogueuse qui s'en prenait de façon personnelle à une autre blogueuse (elle n'était pas citée, mais c'est un blog que je suis, j'ai reconnu) employant un ton méprisant voire carrément agressif à l'encontre de son dernier article où elle évoquait sa pratique du « Miracle Morning » (pour ceux qui ne connaîtraient pas, pour expliquer rapidement, il s'agit d'une pratique consistant à se lever un peu plus tôt que son horaire habituel afin de pratiquer des activités – celles suggérées par Hal Elrod, ou celles de son choix- que l'on ne prend pas le temps de faire à un autre moment de la journée, afin, en gros, de commencer la journée du bon pied -lui promet des résultats quasi miraculeux, mais j'ai un peu de mal avec le concept des miracles;) ). De toute évidence elle n'avait pas lu elle-même le livre en question, et ses arguments étaient assez fumeux (moi je bosse pas et je vis la nuit, donc je me lève tard. Et je mange gras et je traîne toute la journée chez moi. Et travailler avant 10h du matin est une forme de torture.)Ok. Alors il y a un truc qui s'appelle le principe de réalité : je connais peu de personnes qui, passées leurs études, ont le luxe de se lever tous les jours à 10h, qu'elles travaillent ou non. Alors on peut soit jouer le/la rebelle en traînant chez soi, soit faire avec ce qui est impossible à changer (perso c'est pas moi qui choisis mes horaires de boulot), et chercher des moyens de l'adapter à nos envies. La suite de l'article était carrément une diatribe contre le développement personnel et les blogueuses qui ont le mot « happy » dans leur titre de blog (ouf) ou un fond blanc et des couleurs pastels (ah merde, j'en fais partie).
Pour résumer, cette poète vomissait sa haine contre les personnes qui ont des pratiques différentes des siennes, et qui préfèrent chercher la joie dans le quotidien que de voir toujours le côté négatif. Oui, il y a du négatif, du pas beau, de l'inquiétant dans nos vies (j'ai moi aussi vu les résultats des élections dimanche dernier), mais j'ai un scoop pour toi : on va tous mourir à la fin. En attendant, tu préfères te lamenter, ou chercher à faire bouger les choses ? Et si vraiment cela ne te convient pas, et bien continue à faire ta vie, en laissant les autres vivre la leur, personne ne t'a dit quoi que ce soit. Et se lever plus tôt pour faire du yoga et prêcher la bienveillance n'a jamais empêché personne de faire la fête et boire des mojitos en terrasse! (Ni évité à quiconque de payer ses factures...) Alors on se détend.

Dans la vie quotidienne, c'est cette mère d'une collègue (encore la même, décidément on a eu une conversation intéressante;) ) qui ne peut s'empêcher de tenir des discours à sa fille sur le fait qu'acheter des fruits et légumes bios c'est de l'arnaque, alors même que celle-ci ne lui fait aucun reproche ni même remarque quand elle mange des produits classiques chez elle.

C'est à croire qu'elles ont l'impression que le fait de vouloir changer, être un tant soit peu différent du modèle « traditionnel », représente une menace pour leur propre mode de vie. Ou bien elles ont, au fond d'elles-mêmes, l'intuition que ce changement est un progrès (qui a envie de manger des pesticides?), mais pour une raison quelconque, ne peuvent changer elles-mêmes ? Franchement je m'interroge. Si vous avez une explication, dites moi !




Toutes les réactions ne sont pas aussi violentes bien sûr, et c'est tant mieux. Non, le plus souvent, on a la réaction du « oh mais moi je le fais depuis longtemps, je ne sais pas pourquoi on en fait tout un plat. » Alors si tu es d'accord avec le fond, pourquoi est-ce que tu ne te réjouis pas que d'autres personnes adoptent cette pratique à leur tour ? J'ai du mal à comprendre. Si vous ne voyez pas ce que je veux dire, tapez « Miracle Morning » (encore, décidément, il fait couler de l'encre celui-là!) sur Google. Le deuxième résultat est un article de blog qui correspond à cette définition.

Et enfin, et c'est ce qui me donne de l'espoir, la réaction de la plupart des gens est de la curiosité. Il y a quelques semaines j'ai testé le jus de bouleau dépuratif de Weleda. Je suis arrivée dans le coin repas des profs avec ma gourde d'eau verdâtre, vous pouvez imaginer la tête des collègues !:D

Mais ce qui est drôle, c'est que passée la phase du « qu'est ce que c'est que ce truc ?! », les langues se sont déliées et chacun(e) a échangé sa petite recette de phytothérapie / homéopathie / acupuncture personnelle. Et quelques jours plus tard, l'une d'elles est venue me dire qu'elle avait acheté et essayait la gelée royale pour son coup de fatigue pré-vacances ! D'ailleurs ce n'était même pas moi qui avait évoqué la gelée royale;)


Pour finir, je suis en train de lire un livre passionnant, dont je vous parlerai dès que j'aurai fini. Ce n'est pas le thème principal du livre, mais quelques paragraphes sont consacrés à la notion de bonheur. Celui-ci serait conditionné à deux critères complémentaires: les circonstances (il est évident qu'il est dur de se sentir heureux lorsqu'on a du mal à nourrir ses enfants et qu'on est atteint d'une grave maladie) et la personnalité. Car si nos besoins primaires matériels sont satisfaits, notre bonheur dépend plus de notre façon de vivre les événements qui nous arrivent, que des événements eux-mêmes. Nous avons tous dans nos connaissances des personnes qui ont vécu des drames et des deuils, mais qui ont "remonté la pente", alors que d'autres n'ont jamais réussi. Alors je ne sais pas pour vous, mais moi je préfère être heureuse ;)

En tous cas, je serais vraiment curieuse de connaître votre opinion là-dessus. Est-ce que vous faites partie des personnes qui aiment essayer de nouvelles pratiques ? Ou alors est-ce que vous n'êtes pas du tout d'accord avec moi ? Dites-moi tout, cela m'intéresse vraiment !


Si vous n'avez pas le temps d'écrire un mot, laissez-moi un petit coeur. 
Rendez-vous sur Hellocoton !
Mais si vous avez le temps, je vous repondrai avec plaisir en commentaires!

12 commentaires

  1. Wouaw! ça, c'est de l'article, ma cocotte! Très intéressant, je me suis régalée de te lire et je suis contente que tu prennes un nouveau départ pour ton développement personnel. C'est important de faire des mises au point comme toi. C'est ce que j'ai entrepris également depuis le début de l'année, mais plus sur le plan physique. Je vous en parle bientôt aussi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis vraiment contente que cela t'ait plu, cela me tenait à coeur :)
      Je n'ai pas laissé le physique de côté, j'ai hâte de lire ton article, et je vous raconterai tout aussi très bientôt! ;)

      Supprimer
  2. C'est une chouette démarche! Je trouve aussi que dans notre generation il y a une plus grande conscience du respect de l'énvironnement et des effets de l'industrie sue la santé, ce qui donne de l'espoir pour la suite même si effectivement je me retrouve souvent un peu incomprise par certains de mes ainés ! Par contre je pense qu'aucun travail sur soi ne prépare au raz de marrée qu'est l'arrivée d'un enfant ! Mais plutot à l'inverse la maitrise de l'art du lâcher prise^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que nous sommes bien plus sensibles à tout ça, et je pense que les plus jeunes le sont encore plus: le respect de l'environnement est une évidence pour la plupart d'entre eux par exemple (en tous cas les ados que j'ai en classe ;) ).
      Je crois que tu as raison, je commence à comprendre que ce que je dois faire, c'est justement arrêter de tout vouloir maîtriser.
      Merci d'avoir partagé ton avis en tous cas! :) à bientôt!

      Supprimer
  3. C'est un très chouette article :). Comme tu le dis, plus nous avançons en âge et plus nous devenons sensibles à notre bien-être. Nous essayons de faire attention à ce que l'on mange et ce que l'on achète (après, concernant le bio, mes avis sont parfois un peu mitigés et je préfère acheter des produits des "circuits courts" => l'autre fois, en achetant mes tomates, certaines étaient bio mais provenaient d'Espagne ... donc j'ai préféré acheter non bio mais français. Cela dit, je comprends parfaitement le fait que l'on puisse vouloir manger des produits sains et sans pesticides).
    Par ailleurs, je suis parfois nostalgique de la vie "d'avant", celle où l'insouciance dominait (le stress des partiels, ok, mais ces derniers terminés, c'était la libération !! :)). Si je dois comparer ma vie d'aujourd'hui à ma vie étudiante, je remarque que j'ai beaucoup plus de stress à gérer (niveau professionnel surtout) et que j'ai beaucoup de mal à faire le vide dans ma tête. Donc, j'aspire tout à fait à tes propositions pour travailler sur le bien-être !! Ce petit mot de deux mots est, à mon sens, extrêmement important et n'est pas à prendre à la légère. En effet, un corps et un esprit sains et équilibrés permettent de passer une bonne journée et de se sentir bien. A titre personnel, je sais que j'ai besoin d'une bonne heure le matin pour me préparer, prendre un bon petit-déj, ne pas me speeder, et partir au boulot sereinement. Je suis d'ailleurs très admirative de ceux qui arrivent à faire du sport ou tout autre activité avant de partir au boulot ! Les moments où j'arrive vraiment à me déconnecter du boulot ou des soucis sont ceux passés entre amis le WE à rire comme des fous, à aller marcher dans notre belle région et voir des paysages magnifiques (et je pèse mes mots, chauvine que je suis ;)). Avec mon futur mari (là aussi, je vais devoir m'habituer à entendre et dire ce mot "mari"), nous discutions pas plus tard qu'hier que l'on se sentait vraiment déconnectés et "en vacances", uniquement lorsque l'on était loin de chez nous. En bref, je pense que l'on vit dans un monde où il est parfois difficile de se libérer totalement l'esprit. Peu importe les outils mis à notre disposition, que ce soit la méditation, le sport, les activités manuelles, les balades, la contemplation, le yoga, etc, pour notre bien-être, il est important d'arriver à se trouver des petits moments qui nous permettent de nous sentir bien.
    Désolée pour la longueur de mon commentaire mais ton article m'a vraiment plu et c'est un sujet qui me tient à coeur ;). Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'excuse pas pour ce long commentaire, bien au contraire, cela me fait très plaisir que cela t'ait donné envie de réagir, et je suis persuadée que c'est super intéressant de partager!
      Je te rejoins sur beaucoup de points. Moi non plus, je n'achète pas toujours bio, bien loin de là, comme toi je privilégie la proximité, et aussi les commerces locaux, qui n'en proposent pas toujours (le premier magasin bio est à 30km de chez moi, même si je pense qu'il doit y avoir une AMAP ici, il faudrait que je me renseigne).
      C'est vrai, nous étions tellement plus insouciantes avant... Mais en même temps, notre vie est aussi plus riche :)
      En tous cas, je suis vraiment contente que cela te plaise et que tu me rejoignes sur ces aspirations, je serai vraiment heureuse d'en discuter avec toi, que ce soit ici ou "en vrai" ;)
      L'article qui sort demain ne devrait pas vraiment te concerner, mais j'espère que ceux qui suivront te plairont!
      Bisous

      Supprimer
  4. Comme toujours admirative du style....et du contenu aussi
    C 'est bien , trace ton chemin (il peut même inspirer des plus vieux;) ) Il y aura toujours des gens à qui ça ne plaira pas , et alors ? Sont-ils plus heureux à dénigrer? Tant mieux pour eux .
    Ta réflexion , les échanges , les partages entraînent des changements ; tout le monde n 'y est pas
    prêt
    Et dans le voyage , l'arrivée c 'est bien , mais le chemin emprunté me semble plus intéressant(elle est pas jolie ma métaphore ? Je rigole!)
    A une prochaine discussion , de vive voix ou épistolaire (j aim bien les "gros " mots des fois.
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Merci maman :)
    Très belle métaphore! En effet, cest le voyage, le mouvement qui est important, d'ailleurs je trouve ça super que tu continues à faire plein de nouvelles choses ( comme recommencer dans une chorale, en plus de toutes les autres activités que tu fais déjà). Moi aussi j'aime les beaux mots, alors j'echangerai à ce sujet avec toi ultérieurement avec plaisir ;)
    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Ton article est très intéressant ! Je comprends ton besoin de te recentrer sur toi...
    L'impact sur l'environnement, le bien être sont effectivement mis en avant actuellement, mais j'ai la sensation que c'est un mouvement de fond. Le fait que ce soit "à la mode" permet aussi (surtout ?) de sensibiliser un plus large public à ces questions et à l'intérêt que cela présente pour soi et pour les autres.
    Concernant les réactions négatives, j'ai la sensation que le fait de faire un choix de vie différent, plus sain, plus proche de la nature ou autre, n'est pas toujours bien compris. Que certaines personnes ont l'impression que nous critiquons leur mode de vie en en choisissant un différent... Effectivement, il y a probablement des personnes qui sont "extrémistes" et tentent de l'imposer à leur entourage, mais la majorité fait se choix pour eux sans volonté de prosélitisme.
    Voilà, voilà... Je vais lire la suite de tes articles !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je pense que tu as raison, il ne s'agit pas juste d'une mode, je l'ai appelé une "lame de fond", et je crois vraiment qu'il s'agit d'un nouveau point de vue sur la vie qui sera durable (dans tous les sens du terme! ;) ) et qui bouscule les vieilles pratiques de certains (je ne dirais même pas "vieilles idées", car souvent ce ne sont pas des choix réfléchis, juste la répétition de pratiques qu'ils ne songent même pas à remettre en cause).
      Je ne sais pas ce que tu en penses, mais je suis persuadée qu'il faut changer les choses peu à peu par le positif: donner envie, apporter du "plus", et ne pas donner l'impression de restreindre...
      Ravie que ces articles te plaisent! :)

      Supprimer
  7. Coucou !

    Super article ! J'ai eu un peu le même "coup de bougeotte" le lendemain de mes 26 ans. Alors, pourquoi 26 ? Parce que je passais définitivement le cap des 25 ans, du quart de siècle et que j'ai compris que je n'étais plus le bébé de mes parents. Mon mariage prévu en novembre m'a également fait réaliser que oui, j'allais à mon tour fonder une famille et... ben ce sont de sacrées responsabilités.

    Je crois fermement au développement personnel pour des raisons un peu différentes des tiennes. Tombée gravement malade à 22 ans, d'une maladie chronique incurable, j'ai vu deux choix possibles. Le premier, m’apitoyer sur mon sort, me laisser aller parce qu'après tout, c'est injuste si je suis malade, et je n'y peux rien. Le second, croquer la vie à pleine dents, réaliser mes rêves et devenir la personne que je souhaite être.

    Le véritable déclencheur a été une parole d'une de mes meilleures amies, très croyante, qui m'a dit : Tu sais Camille, avec tout ce que tu as vécu, Dieu va forcément rétablir l'équilibre. Tu vis des choses particulièrement difficile avec ta santé, tu es forcément amenée à faire de grandes choses (je me suis crue dans Harry Potter) et à devenir quelqu'un d'exceptionnel...

    Cette petite phrase m'a fait réfléchir. Bon, ne prenons pas le melon. Mais je me suis rendue compte que pour faire de grandes choses (à mon niveau) il fallait en avoir l'envie... Et je l'ai...

    Bref, tout ce commentaire pour te dire de continuer dans cette voie... C'est tellement agréable lorsque l'on se regarde dans le miroir et se disant : "Je suis fière de ce que je suis et de ce que j'ai accompli".

    A bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un très beau message :)
      Effectivement, tu as raison, je pense qu'il est essentiel de prendre la responsabilité de sa vie, d'agir sur les choses. Pour citer une autre icône: "La vie c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber." ;)
      Finalement, on a de la chance de s'en rendre compte maintenant, et de ne pas se réveiller dans 30 ans, en se demandant ce qu'on a fait de notre vie! :D
      J'espère que ta maladie est sous contrôle. Moi j'ai de l'asthme, c'est aussi un peu handicapant...
      Merci pour ton commentaire!
      A bientôt!

      Supprimer